Mesdames, voici pourquoi vous serez les prochaines « IT girls » !

 Lorsque j’ai commencé ma carrière il y a plus de 10 ans dans l’informatique, jamais je n’aurai pensé avoir un métier aussi diversifié en si peu de temps et d’avoir le devoir de dire et de montrer à la nouvelle génération de « IT girls » qu’elles ont aujourd’***, encore plus qu’hier, leur place à y prendre.

Pour ma part, c’est une rencontre professionnelle qui a changé mon destin et guidé mon chemin. J’ai eu la chance de rencontrer un directeur commercial dans la première entreprise dans laquelle j’ai travaillé qui a su déconstruire les schémas automatiques préétablis qui font que les femmes d’aujourd’*** ne sont pas « faites pour l’informatique ou pour les métiers scientifiques ».

Je n’avais pas imaginé à 14 ans, dans mes choix d’orientation, que le domaine de l’informatique est celui qui me comblerait. Comme la génération d’aujourd’***, je m’imaginais que ces métiers n’étaient réservés qu’à des « Geeks » et qu’il fallait une tête sacrement bien faite pour toucher à ce genre de métier. Ma plus grande force est celle d’être curieuse et de vouloir explorer toutes les opportunités que l’on me donne.  Quelle surprise ! Dans l’informatique, il y a des métiers de geeks mais il n’y a pas que des métiers de geeks ! On peut travailler à peu près dans tous les domaines, de la cosmétique à l’aéronautique. C’est un domaine où tout évolue très vite et où il faut constamment apprendre pour rester dans le coup. Les allergiques à la routine professionnelle comme moi apprécieront ce domaine tellement riche.

Chaque femme peut devenir l’IT girl de demain et les hommes seront les premiers soutiens ! Il s’agira de leur fille, leur femme, leurs sœurs et ils ne les laisseront certainement pas dans un coin.  Le chemin est long pour l’éducation des filles, dans les pays développés ou en voie de développement et c’est pour cela qu’il faut rester vigilants et ne pas croire que l’éducation est un acquis.

Problème : les écoles d’ingénieurs en sous effectifs féminins et la volonté de féminiser le secteur encore en développement

 Malheureusement, aujourd’*** comme hier, les femmes sont  toujours en minorité dans les écoles d’ingénieurs notamment. En 30 ans les courbes n’ont pas vraiment évolué, la proportion de femmes dans les écoles d’ingénieurs stagne à 30%. Apprendre à coder, à développer et programmer et les femmes en sont capables tout autant que les hommes si elles avaient moins d’appréhension dans le choix de leur orientation ou moins de préjugés à déconstruire pour oser se lancer. Elles appréhendent le fait d’être en minorité dans les entreprises du secteur et c’est pour cela qu’il faut aujourd’*** encore « montrer la voie » et qu’il ne faut pas prendre notre parcours pour acquis pour les futures générations.

Orienter les jeunes filles dès leur plus jeune âge : l’informatique ce n’est pas encore automatique

En France l’orientation se décide au collège ou au lycée, pour ma part, je trouve qu’il est difficile de demander à un adolescent de déterminer ses choix de carrière professionnels avec si peu d’information liée au monde de l’entreprise. C’est l’une des faiblesses de notre système éducatif, de ne pas toujours faire le lien entre études et carrière professionnelle. Mais nous ne pouvons pas rester les bras croisés non plus et nous résoudre à regarder une nouvelle génération s’éloigner à nouveau des métiers « techniques » ou informatiques sous prétexte que le système éducatif est obsolète. Le monde d’aujourd’*** évolue très vite et les femmes doivent en dessiner le contour également.

 Il est devenu critique de pouvoir former et informer la plus jeune génération de filles qui entrera dans la vie active dans les 10 ans à venir (sans oublier toutes les jeunes filles qui n’ont pas accès à l’éducation).

Récemment, Mark Zuckerberg a répondu à une grand-mère sur un commentaire Facebook, celle-ci qui souhaitait que sa petite-fille sorte avec un Geek, celui-ci lui a répondu que c’est sa petite-fille qui devrait être une Geek !

 Le changement de mentalité est long mais il s’opère : parfois les actions de sensibilisation semblent être une goutte d’eau dans la mer, mais pour chaque fille sensibilisée dès son plus jeune âge, il y a un espoir de féminiser encore plus le domaine et d’augmenter la mixité. Chaque action compte et c’est la somme de toutes nos actions qui feront les grands succès de demain comme par exemple :

-          Se mettre en relation avec des lycéennes et des collégiennes pour répondre à leurs questions et lever les doutes

-          marrainer ou parrainer une jeune fille

-          l’accompagner dans l’élaboration de son projet futur

Si on ne fait pas maintenant, alors quand le fera-t-on?

En études supérieures, il est sûrement déjà trop tard pour influencer les jeunes femmes dans leurs choix de cursus c’est pour cela qu’il est important de le faire dès le plus jeune âge afin de leur montrer les champs des possibles et de rétablir un équilibre et une mixité sociale encore fragile.

Dans ce premier volet de ma carrière, je peux de tendre à mon tour le relais pour permettre à la nouvelle génération « d’IT girls » de s’affirmer, de prospérer et de diversifier encore et toujours plus notre domaine d’activité.

Les jeunes filles curieuses et ayant le goût du risque seront les leaders de demain. Elles seront tout aussi compétentes et recherchées pour aider les entreprises dans leurs quêtes de talents, d’équité et de diversité, où il est démontré que les femmes apportent aux entreprises, plus de performance, d’innovation et de flexibilité.

Aujourd’***, j’ai la chance de pouvoir donner de mon temps pour les causes qui me tiennent à cœur car mon entreprise encourage les initiatives qui permettent de rendre service à la « communauté » et de sortir la tête du guidon pour se reconnecter à la société civile.

Je soutiens  la fondation FACE, Fondation pour Agir Contre l’exclusion, auprès de collégiens en zone sensible. Je suis sensible aux initiatives comme le programme Wi-filles, qui permet  l’initiation aux métiers techniques de l'informatique réservé aux filles pour sortir des préjugés. L'objectif est de faire d'un groupe de collégiennes et de lycéennes des ambassadrices des filières informatiques et la force vive de notre secteur de demain pour déconstruire les préjugés et renforcer la présence féminine dans les domaines des Sciences. Je soutiens des initiatives mondiales telles que womeninsteam ou célébrer les journées telles que le @womeninscienceday organisé par l’Unesco, qui a eu lieu le 11 février dernier.

Dans mon prochain blog, je vous parlerai de mon expérience  de bénévole dans l’organisation de la  TEDxWomenCE conference à Paris qui faisait la promotion de … la mixité ! Le moment parfait pour partager nos idées et prendre part aux changements qui construiront un meilleur futur pour les générations à venir.

Mesdames et Messieurs, apportons notre pierre à l’édifice, là où certains pensent à construire des murs, d’autres construisent des pyramides ! Le chemin est long, mais il fait partie du voyage et il ne rendra la destination que plus belle… et vous que faites-vous pour les futures générations ?

Dans mon prochain blog, je vous parlerai de mon expérience dans les coulisses de la conférence  TEDxWomenCE à Paris, à suivre donc…

Anonymous